Ancien et Nouveau mondes à l’intérieur de soi

Pommes

« Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde. »

Gandhi a dit cela et avait raison !

Quand Neale Donald Walsch utilise cette formule « et il avait raison » dans ses pensées, j’ai souvent quelques commentaires qui me disent que dans Conversations Avec Dieu, il n’y a pas de « avoir raison » ou « avoir tort », il n’y a que ce qui est.

Oui certes ! Tout à fait, 20/20 ! Je vous mets un « A », bravo ! 🙂

Nous avons le choix aussi d’être dans la peur ou l’amour, y’a-t-il un meilleur choix qu’un autre ?

Dans l’absolu, selon les règles de l’Univers, de la Vie, de Dieu, ces deux choix sont aussi bons l’un que l’autre.

Ok.

Maintenant, la question fondamentale derrière tout ça, ce n’est pas s’il y en a un qui meilleur qu’un autre, c’est s’il y a un choix qui résonne pour vous plus qu’un autre.

Est-ce que vous préférez être dans l’amour ou dans la peur ?

Lequel des deux est le meilleur pour vous rapprocher du Nouveau Monde que vous voulez créer ?

Quand Neale nous cite Gandhi et dit qu’il avait raison, c’est qu’il considère que pour créer un monde meilleur, selon lui, cette citation est le bon chemin à suivre.

Il n’y a de bon vent que pour celui qui sait où il va (Sénèque)

Le bon ou mauvais choix est toujours dépendant de la direction où on veut aller.

Ce choix a lieu à chaque instant, chaque jour, dans toutes les situations.

Chaque instant est l’opportunité de choisir d’être du Nouveau Monde ou de l’ancien.

Prenons un exemple.

J’apprends qu’il vaut mieux manger les fruits AVANT le reste du repas plutôt qu’à la fin en dessert.

Cela semble faciliter la digestion.

Effectivement, j’ai expérimenté et j’ai l’impression que je me sens beaucoup mieux ainsi.

Mais, dans le feu de l’action, notamment avec mes enfants, je me rends compte que certains automatismes prennent le dessus.

Ma fille aînée vient par exemple me voir pendant que je prépare le repas et me demande si elle peut manger un fruit car elle a faim.

Je lui réponds de manière automatique : « Non ,on va manger dans 5 minutes, tu attends. »

Et je sens, à ce moment-là, deux forces en moi qui s’affrontent.

La première, c’est l’ancien monde.

C’est ce conditionnement qui déclenche cette réponse automatique. Je sens sa force, sa profondeur en moi, voire sa lourdeur, combien il est ancré dans mon éducation, à force de répétitions par mes parents. C’est une vérité rigide en moi, c’est un pilier solide.

La deuxième force, c’est le nouveau monde.

Elle est plus légère, « plus nouvelle », plus fraîche, mais volatile dans le sens où elle peut s’envoler rapidement et être oubliée. Mais elle est juste, presque lumineuse, elle me fait penser à cette étincelle de lumière dans les yeux lorsqu’on parle d’un idéal.

La situation se répète (ma fille adore les fruits). A chaque fois, je sens ces deux forces un peu plus distinctement, je sens leurs présences, leurs influences, leurs effets sur mon corps.

La force de l’ancien monde, est fière, imperturbable, faisant semblant d’être un phare au milieu d’une tempête, le sourire en coin, ne doutant pas une seule seconde de sa solidité.

La force du nouveau monde, est comme un voile de plus en plus dense qui se pose sur la situation, avec douceur et fragilité.

J’ai parfois envie de changer d’avis après avoir dit « non ».

Mais la force de l’ancien monde me retient, mon ego me dit que je vais perdre la face devant ma fille, que je vais perdre toute autorité ensuite.

Ma réponse est automatiquement la même …

Jusqu’au jour où je réponds en conscience : « Oui, vas-y ».

Ma fille me regarde étonnée …

La force de l’ancien monde, se retourne vers moi, étonnée également !

C’est comme si elle vivait une trahison, le regard lourd de reproches !

Je culpabilise de l’avoir trahie ainsi.

Le pilier solide s’est fendu, il tient encore debout mais a subi un choc violent.

C’est comme un repère qui s’efface, comme un vieux dessin au crayon qui disparaît progressivement.

Mais c’est « juste », c’est juste à l’intérieur.

Ancien monde, nouveau monde, c’est d’abord pour soi.

Quel Nouveau Monde je veux créer pour moi-même, pour ma vie, puis ensuite mes proches, mon entourage, mes amis avant ensuite de m’intéresser au monde entier.

Créer un Nouveau Monde, c’est d’abord créer un Nouveau Soi pour soi car chacun est le centre de son propre monde.

Et c’est la rencontre entre tous ces nouveaux Sois qui va créer un Nouveau Monde.

-Jean-Philippe

Remarques ? commentaires ?

Cela pourrait aider quelqu'un ? Partagez cet article ...

6 commentaires

  1. Ca sent le vécu…!
    Bonjour Jean-Philippe,
    J’espère qu’on est de + en + nombreux à écorner l’ancien monde pour faire émerger le nouveau…
    Vive les fruits avant les repas, ainsi que toutes les décisions en « conscience » !
    A bientôt j’espère !

  2. je suis confrontée à la force de l’ancien monde actuellement avec mes 2 derniers ado pour leur choix d’orientation (on est en plein l’un en seconde l’autre en terminale!!!) et là je me sens coincée avec le système (les plateforme parcoursup pour s’inscrire aux formations post bac dès janvier etc…) Ma fille n’a pas d’idée, malgré des aides via un « coach ». elle est pas assez mature, et je trouverai intéressant et elle aussi de se donner un an à découvrir des métiers, du concret…mais ça n’existe que pour les jeunes non diplomes, en difficultés….le nouveau monde n’a pas encore inventé ça, et le système nous oblige à enfermer nos jeunes dans l’ancien schéma…se donner le temps de réfléchir mais pas tout seul dans son coin c’est possible si on est en décrochage ou au chômage!!!! bref tout ça pour dire que sortir de l’ancien c pas toujours facile!

  3. Hello JP 🙂
    Plaisir de te lire !
    J’espère en conscience que tu vas au top !?
    Pas plus tard que hier en prenant ma douche, mon fils est venu me demander quelque chose…
    Tout en discutant, je l’entends dessiner sur le miroir embué. Il s’est que je n’aime pas ça ! Car ça laisse des traces…
    Alors semblant de rien avec quand même une certaine contradiction avec mon mental, je laisse la magie du nouveau monde se faire en me disant : ne dit rien et permet à Théo d’exprimer sa créativité…!
    En sortant de ma douche, je vois sur le miroir un bô bonhomme avec grand sourire 🙂
    Comme quoi… 😉
    MERCI JF pour toutes tes inspirantes publications et excellentes pensées à Toi 🙂 Bon we

    1. Salut Francis !
      oui il y a un certain lâcher prise à découvrir pour être plus connecté avec son âme et du coup recevoir des cadeaux comme celui-là :-).

  4. Bonjour !
    Merci pour ce bel article qui raisonne en profondeur avec ce que je traverse actuellement 🙂
    La blessure de rejet vient me titiller régulièrement. Dernièrement elle était particulièrement active et en même temps la situation que je vivais et qui activait cette blessure m’a montré que cette blessure n’était qu’un voile alimenté par un mental hyperactif.
    C’est comme un dialogue entre la tête et le cœur. Comme si le mental était terrorisé de perdre sa place…
    Et je peux aussi observer à quel point j’ai des difficultés à poser mes limites !!
    Malgré tout j’aime profondément cette vie qui m’offre toutes ces opportunités de me découvrir plus encore chaque jour !!
    Merci d’Être et je vous souhaite une Lumineuse journée !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *