Ce que Ravage de Barjavel nous apprend sur l’évolution des consciences

Monde futuriste

Je viens de finir de lire Ravage de Barjavel (lien pour référence).

Cela doit faire 3-4 fois que je le lis, il m’interpelle toujours autant.

Pour ceux qui ne le connaissent pas, il s’agit d’un monde futuriste hautement technologique – encore aujourd’hui – où tout s’effondre comme s’il n’y avait plus d’électricité ou d’énergie quelle qu’elle soit.

L’histoire suit les héros qui vivent cet effondrement dans son coeur, à Paris avant de fuir vers le sud.

Je ne sais pas si je vais pouvoir continuer à en parler sans dévoiler plus grandement l’histoire, donc attention « Spoiler » potentiel (autrement dit je risque de dévoiler les détails de l’histoire et de la fin même si d’après moi ça ne gâche pas l’intérêt du livre quand même !).

Tout d’abord, les aventures que vivent les héros me touchent beaucoup, elles me paraissent à la fois tellement réelles et à la fois effrayantes de voir à quel point l’Homme peut retomber dans de très bas instincts primaires (en est-il jamais sorti … ?).

Oui je suis peut-être encore très naïf

Cela remet en cause toute l’avancée technologique car finalement cette avancée ne nous sert à rien si, sans celle-ci, nous redevenons des êtres primitifs où la loi du plus fort règne sans vergogne.

Une autre manière pour moi de comprendre cette citation :

Science sans conscience n’est que ruine de l’âme. (Rabelais)

Car malgré toutes les valeurs nobles que l’on peut porter, dans un monde où chacun doit survivre dans des conditions extrêmes, c’est la loi du plus fort qui l’emporte. Il faut bien se défendre si on est attaqué. Il faut bien tuer pour éviter d’être tué.

J’en ai des frissons à vous l’écrire.

Cela rejoint des récits de la seconde guerre mondiale, à la fois remplis de lucidité et de violence.

Ce sont des règles effrayantes qui montrent un niveau de conscience limité.

Aujourd’hui, on cherche le progrès, l’avancée technologique.

Moi le premier, de formation ingénieur, je suis fan de technologies, de voir les nouveautés, de découvrir l’inventivité humaine, d’observer la recherche de solutions à des problèmes plus ou moins importants.

Pendant longtemps, je croyais que le chemin d’évolution passait par là.

Facilitons la vie des gens, simplifions le travail qui doit être fait pour que chacun puisse s’épanouir à faire autre chose.

Alors oui bien sûr, c’est un but louable.

Mais le chemin d’évolution passe par une évolution des consciences AVANT celle des sciences.

Car aujourd’hui, il existe des tas de solutions technologiques pour mieux manger, mieux se déplacer, préserver notre planète, mieux redistribuer les richesses naturelles, des solutions qui révolutionneraient notre monde.

Mais comment se fait-il que nous ne les utilisions pas ?

Pour la même raison que certains ne trient pas leur déchet ou les jette dans la nature.

Chacun son chemin d’évolution de conscience, je ne juge pas (en tout cas, j’essaie !).

Car à un autre niveau, aujourd’hui, nous ne croyons pas que certaines solutions puissent être mises en place et donc nous manifestons cette réalité !

Un véhicule pas cher, qui ne pollue pas et qui se déplace en toute sécurité ?

« Non ça n’existe pas ! »

En fait, on se piège à croire que ce n’est pas possible pour tout un tas de raisons (c’est souvent la faute des autres après tout) et par conséquent on continue d’entretenir les anciennes solutions par nos choix.

C’est dans l’éveil vers soi-même que se trouve la solution.

C’est en arrêtant de penser que ce sont les autres qui ont le pouvoir que les choses changeront.

Ce n’est pas la faute des gouvernements, ce n’est pas les fautes des grandes entreprises, ce n’est pas la faute des lobbys, c’est avant tout la nôtre si le monde est tel qu’il est, si les choses ne changent pas !

Le premier pas vers une évolution des consciences, c’est de reprendre son pouvoir, sa responsabilité, ses choix.

De se dire « A quoi j’ai envie de croire ?« 

De se dire « Qu’est-ce que je peux faire concrètement ?« 

De se dire « Qu’est-ce que je veux créer ?« 

Ou dit plus simplement : « Quand est-ce que je me réveille ? »

-Jean-Philippe

P.S. : et la fin du livre Ravage nous montre finalement que l’histoire se répète si on reste au même niveau de conscience …

NB: le sujet mérite d’être approfondi sur plusieurs aspects, je reviendrais dessus !

Remarques ? commentaires ?

Cela pourrait aider quelqu'un ? Partagez cet article ...

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *