Et si vous changiez de réalité ?

Prêt à changer d'univers ?

Quand je me suis intéressé à la spiritualité, je suis tombé très rapidement sur l’idée que la réalité est une illusion, que cette réalité dont on fait l’expérience n’est qu’un terrain de jeu, que la vérité est cachée derrière cette illusion.

Tout comme une pièce de théâtre, où à la fin de la pièce, les acteurs qui étaient ennemis sur scène (l’illusion), étaient en fait grands amis (la vérité).

Et qu’au final, notre pouvoir personnel de création nous permet d’agir sur cette illusion et de manifester ce que l’on souhaite dans cette réalité dont on fait l’expérience.

Puis est venue sur mon chemin la physique quantique et les études sur le cerveau.

Avec des idées telles que notre réalité n’est en fait qu’une représentation de notre cerveau, que ce que l’on perçoit passe à travers de nombreux filtres et interprétations.

Que finalement tout ce qui nous entoure n’est qu’énergie, et que des particules peuvent changer d’état selon l’observation que l’on choisit d’en faire (le fameux chat de Schrödinger).

Et j’en suis donc arrivé à l’idée du saut quantique ou comment passer d’une réalité à une autre, d’un univers à un autre univers parallèle.

Si dans mon univers, je choisis de prendre une glace au chocolat, il existe un univers alternatif où je prends une glace à la vanille.

Et un autre encore où je ne prends rien.

Et un autre encore où je fais tomber ma glace parterre … 🙁

Tout dépend de ce que je décide d’observer comme résultat.

L’énergie s’écoule là où vous portez votre attention.

Si je suis capable de manifester ce que je veux dans ma réalité et que le fait d’observer une réalité plutôt qu’une autre me permet de basculer vers cette réalité, alors les choses deviennent intéressantes et même amusantes :-).

La théorie, c’est bien mais en pratique ?

Ces sauts quantiques arrivent beaucoup plus souvent qu’on ne croit, car on n’y prête pas attention.

En fait, ce que j’ai remarqué, c’est qu’on oublie quelle était la réalité « d’avant-saut » et c’est tout naturel d’être la réalité « d’après-saut« .

Comme s’il n’y avait pas eu de saut !

Tout se passe dans la tête, au niveau des pensées et des intentions que l’on pose, le dialogue intérieur est d’ailleurs étonnant.

Ce qui est considéré comme possible ou impossible.

Qu’est-ce que je veux exactement ? quelle réalité je choisis ?

Pour moi ce n’est pas toujours très simple pour être honnête.

Concrètement, dans cette situation, quelle est mon intention exactement ?

Cela exige une présence à soi, une observation de ses pensées et un choix d’intention très précis.

Mais cela marche plus souvent que je ne le croyais !

Et pas plus tard qu’hier, j’en ai refait l’expérience.

Vous avez dit jouer avec la réalité ?

Quand j’étais petit, on jouait beaucoup aux cartes avec ma grand-mère et ma sœur.

Notamment à deux jeux : le rami voleur où je dominais très souvent les parties et le domino (avec des cartes à jouer !) où ma sœur était LA stratège incontestée.

Grosso-modo, le but du jeu c’est de poser toutes ses cartes au milieu de la table dans l’ordre et pour chaque couleur à partir d’une carte de départ. La stratégie consiste donc à bloquer les autres pour pouvoir finir avant eux.

Et depuis que ma nièce est assez grande, on y rejoue ! 25 ans après !

Les premières parties ont été amusantes, pleines de nostalgie et ma sœur, fidèle à elle-même, bloquait tout le monde et finissait haut la main à chaque fois.

Et quand elle ne gagnait pas, c’était ma nièce !

Je commençais à me dire que, mince, ma stratégie n’était pas si mal et que statistiquement, j’aurais dû avoir un bon jeu à un moment ou à un autre !

J’ai donc observé les coups de ma sœur, je regardais ce qu’elle bloquait à un moment, puis débloquait ensuite pour poser ses cartes.

Mais rien n’y faisait.

Et puis, après une énième partie, j’ai surpris mon dialogue intérieur :

« De toute façon, je ne suis pas bon à ce jeu ! »

Tiens tiens …

Et si c’était simplement une croyance ?

Et si à partir de cette croyance, je manifestais une réalité à l’image de cette croyance ?

Si je crois que je ne suis pas bon à ce jeu, alors je vais manifester des parties où je vais perdre et jouer en conséquence.

Plutôt logique.

Donc si je décidais de basculer dans une réalité où je suis bon à ce jeu ?

Je fais attention à mes pensées et je me dis qu’il doit bien y avoir une réalité alternative où Jean-Philippe est bon à ce jeu.

Alors je pose l’intention de m’ouvrir à cette possibilité et de basculer vers cette réalité.

Et une nouvelle partie démarre.

Rapidement, j’oublie toute cette histoire de réalité et je me concentre sur mon jeu que je juge pas terrible à première vue.

Je bloque où je peux bloquer et je fais en sorte de poser mes cartes les plus difficiles.

Au bout d’un moment, je me rends compte que je mène le jeu et que je vais finir.

Et pouf, je finis mes cartes en premier !

Je suis content d’avoir gagné, ça faisait un moment.

Je ne réalise pas tout de suite le lien avec l’intention posée au début de la partie.

Les autres terminent la partie, et on ramasse.

Et là, déclic.

Mon mental analyse un peu, me dit que c’est un coup de chance même si mon jeu n’était quand même pas gagnant d’avance.

Et puis, je choisis la conclusion qu’en fait « Je peux être bon à ce jeu ! ».

On recommence une partie que je gagne à nouveau.

Deux victoires d’affilée, je crois que c’est du jamais vu !

Juste en posant des intentions différentes de d’habitude.

Ma sœur grommelle qu’elle avait un jeu pas terrible à nouveau, c’est bien la première fois que je l’entends râler sur son jeu !

En salle de débriefing …

J’aimerais débriefer un peu cette expérience ludique avec plusieurs idées :

1. Forcément, il y a plus spectaculaire comme saut quantique, comme changement de réalité mais observer des situations simples permet de mieux apprécier et observer ce qu’il se passe, pour pouvoir l’appliquer à grande échelle

2. Il y a la question du jeu en tant que tel, j’aurais préféré avoir un autre exemple qu’un jeu de cartes avec des notions de victoire et de défaite, de gagner et de perdre. Donc comprenez bien que mon but n’était pas de gagner le jeu pour gagner le jeu, mais d’expérimenter mes croyances dans le contexte de ce jeu.

3. Notez bien l’intention que je pose : « Je peux être bon à ce jeu ».
Une forme égotique d’intention pour un changement de réalité aurait pu être : « Je suis meilleur que les autres ». Ce qui n’est pas la même chose du tout.


J’ai pu noter d’ailleurs dans d’autres jeux où on compte les points sur plusieurs parties par exemple, que les résultats sont différents si je choisis d’avoir le plus de points possibles au lieu de vouloir gagner les parties contre les autres.

Changement de réalité au quotidien

Un autre exemple qui m’est arrivé il y a quelques temps, c’était par rapport à mon rôle de père.

J’entretenais la croyance que j’étais un père trop strict, trop ferme, trop directif. Et ma relation avec mes enfants n’étaient pas forcément celle que je voulais.

Jusqu’à ce que quelqu’un me dise qu’au contraire, j’étais ferme quand il fallait l’être mais que le reste du temps j’étais plutôt cool.

Cela m’a beaucoup surpris et il y a eu un déclic.

Et si en fait, je pouvais être un bon père ?

Depuis, j’entretiens cette nouvelle croyance et ma relation avec mes enfants s’est considérablement améliorée !

Sans effort !

Comme quoi le changement est vraiment à portée de pensée !

Encore faut-il bien les choisir …

Dans un autre article, je vous montre comment shifter de réalité à plus grande échelle !

Cela pourrait aider quelqu'un ? Partagez cet article ...

7 commentaires

  1. Bonjour Jean-Philippe,
    Merci pour cette belle leçon de vie! J’ai été particulièrement touchée par la fin de l’histoire car je me dis régulièrement que je ne suis pas une bonne maman…
    Je vais tester ta stratégie
    Encore merci!

  2. Bonjour Jean-Philippe, c est une belle approche de parler du jeu de carte.. car c est exactement ça! Depuis, toute petite, c est ma soeur qui gagnait toujours ou mon frère, j etais toujours perdante quelque soit le jeu, je me disais que j avais pas de chance. Une fois adulte, j ai commencé à observer ma soeur qui avait gagné une place de cinéma au debut de l entracte, avant de passer le film. C est jour là, elle a dit:’j ai gagné, c est moi qui a gagné, laisse tombé, ,c est moi qui est la place! ‘ et là le monsieur a dit son numéro et la appeler! J étais scotché, elle savait qu’ elle avait gagné avant même qu’ il le dise! J ai fais la même chose pour des parties de jeu avec les enfants..j ai dit cette fois-ci ,c est moi qui gagne..et j ai reussis à gagner face à des ados=) puis une autrefois j ai reussis à ressentir que j allais gagner des sous. Je me suis arrêté, j ai regardé le tabac.. le monsieur m interpelle: ‘qu est ce que je vous sert?’ Et là, je lui dis j en sais rien. Il sert quelqu’un d autre en attendant. J écoute mon intuition, et là je sens de prendre un pot de miel a gratter! ‘ je l achète et la je decouvre que j’ ai gagné! Waouh! Je me suis dis que c etait un jour béni, rien de plus! ? alors, que j avais certainement accepter de recevoir de l argent de la part de l univers! =)

  3. Bonjour Jean-Philippe, passionnant !
    C’est ce que je travaille régulièrement.
    Et c’est là que j’ai besoin de toi.
    Comment passer du régulièrement (pour moi c’est dans les crises ….) au de manière consciente.
    Ton accompagnement serait le bienvenu.
    Merci de me contacter.
    Chaleureusement.
    Béatrice

  4. Pour finir tout devient magique lorsque en conscience on choisit de poser notre regard sur une autre solution possible !
    Je me demande pourquoi le déclic ne se fait pas plus souvent ? C’est certainement que cette nouvelle habitude de se faire confiance n’est pas assez ancrée en moi et surtout que mon niveau d’énergie a tendance à baisser pour un oui ou pour un non!
    Merci Jean Philippe pour vos exemples frappants !
    Bonne journée
    Mireille

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *