Quand j’ai peur de me tromper …

Erreur

Il m’est arrivé plusieurs fois de me tromper.

Que celui qui ne s’est jamais trompé clique sur la croix en haut à droite 😉

J’avais un truc à dire, un sentiment à exprimer, un avis à partager sur le moment et derrière je me rendais compte que je me trompais.

Par manque d’information ou manque de réflexion, peu importe.

Rien de grave en soi … avec le recul, j’aurais pu me dire « Bon ben je me suis trompé, je passe à autre chose. »

Mais le problème c’est que je me vexais, un ego trop présent probablement, ou bien cette envie d’être le petit garçon parfait qui ne se trompe pas.

Du coup, ces quelques échecs accumulés, j’ai simplement décidé de fermer ma gueu** …

Comme ça au moins, c’est plus simple, moins de risque de me tromper, moins de risque de ne plus être parfait.

Bien sûr le problème vous l’avez deviné, c’est que je ne disais plus rien.

Je n’osais plus réagir, je n’osais plus m’exprimer, …

En fait, je mélangeais deux choses :

La première c’était d’avoir raison ou tort : autrement dit, est-ce que ce que je dis est vrai ou juste vis-à-vis de la situation

et la seconde c’était partager un sentiment, un avis qui n’engage finalement que moi dans l’instant mais qui est ma vérité dans l’instant.

J’avais peur en exprimant ma vérité d’avoir tort.

Vous voyez le piège ?

Donc au final, je n’exprimais plus ma vérité.

A aucun moment.

Ou alors, une fois que j’avais accumulé beaucoup d’émotions non exprimées, le couvercle sautait et j’explosais.

La forme emportait le fond sur son passage et le message n’était pas reçu en face.

Je pense même que le message était déformé tellement j’avais refoulé ma vérité tout ce temps.

Et donc forcément, j’avais l’impression de me tromper …

Ce qui renforçait finalement mon comportement : ferme ta gueule Jean-Philippe, tu t’es encore trompé.

J’en suis arrivé finalement à me taire, à ne plus oser exprimer mon avis, ou à être trop consensuel.

Ma réponse allait souvent dans le sens de faire plaisir.

Tant au niveau professionnel qu’au niveau personnel, je m’étais oublié.

Jusqu’à ce que la vie me rappelle à l’ordre, me montre dans quel piège je tombais.

En écrivant ces articles, c’est une manière pour moi de renouer avec ma vérité.

De simplement exprimer des choses qui me tiennent à coeur même si au final je peux me tromper.

Car aujourd’hui, je n’ai plus peur d’avoir raison ou tort.

Aujourd’hui, j’ai simplement envie d’exprimer ma vérité.

-Jean-Philippe

Remarques ? commentaires ?

Cela pourrait aider quelqu'un ? Partagez cet article ...

2 commentaires

  1. Bonsoir Jean-Philippe

    Très juste cet article, j’ai moi-même vécu et vis encore ça.
    La peur ou la gêne ou les 2, de s’exprimer, de dire ce que l’on pense ou ressent, je dirais même de se défendre.
    Pas facile de passer le cap mais il est vrai que le corps explose quand on est plein (de colère, d’injustice, ou autres).

    Bonne soirée

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *