Intuition et mental : étude de cas pratique !

Sur la route

Je suis fou ou bien … ?

C’est la question que je me pose depuis 8 jours …

J’ai deux semaines devant moi.

Aucune contrainte géographique.

Un budget limité mais suffisant.

Une envie de soleil, de mer, et d’étranger.

Les signes se multiplient : Espagne, Espagne, Espagne, …

Je demande même à ma fille aînée au moment du goûter : « Où est-ce qu’il devrait aller Papa d’après toi ? »

Elle me répond de but en blanc : « En Espagne. »
Et elle continue à manger sa mandarine, l’air de rien.

Ça sort de nulle part.

Mon mental cherche toutes les raisons possibles pour qu’elle m’aie répondu ça mais ne trouve rien.
Pas de devoir d’école, pas de souvenir de vacances, …

Je « bug ».

Je la regarde, me ressaisis, finis ma pomme.

Je sens le conflit intérieur : l’intuition, les signes qui m’orientent vers l’Espagne.

Le mental qui s’emballe : « Mais qu’est-ce que tu vas aller f…iche en Espagne ?! »

Dans ma tête, c’est clair que j’y vais en voiture, je ne sais pas pourquoi.

Je regarde donc entre la frontière et Barcelone pour limiter la durée du trajet …

Des locations, près de la mer, en ville, dans un village, plus loin dans les terres, …

Ca ne me parle pas.

Je réessaie le lendemain.
J’augmente le budget location, je baisse le budget, …

Toujours rien.

Le stress monte. Il me FAUT un plan !

Des trucs à faire, je n’y pense plus.
Je dis au revoir à mes filles et je fais escale à Lyon, sans savoir la suite.

Puis je reviens à mes recherches.

Je trouve de beaux appartements sur la côte, dans le budget, mais toujours pas de déclic.

Mince alors !

Qu’est-ce qu’il se passe ? qu’est-ce qu’il manque dans l’équation ?

J’ai besoin de rencontrer du monde.

Ça ne me dérange plus d’être seul mais j’ai envie de côtoyer du monde et de parler anglais.
Mon cerveau en a besoin. Un peu de gymnastique intellectuelle !

Je réoriente mes recherches, nomadisme moderne, entrepreneurs virtuels, …
Je fouille, je clique, je lis, je ferme, … mais je sens que je me rapproche.

Et la solution apparaît : coliving.

Le concept de coworking étendu à la vie quotidienne.
Une sorte de résidence pour travailleurs indépendants qui partagent des lieux pour vivre et travailler.

Ça résonne fort. Très fort.
Mon mental est fébrile, il trouve ça bizarre, ça sort des cases qu’il connaît.

Nouvelle recherche : coliving spain (coliving Espagne)

Je tombe très rapidement sur le site d’une résidence au Sud de Valencia. Ça a l’air top.
Je regarde sur la carte : beaucoup trop loin, 1100 km.

Je continue mes recherches pour trouver plus près.
Rien qui me plaît.

J’élargis mes recherches à d’autres pays : Italie, Allemagne, Belgique, Suisse, et même la France (après tout !).

Toujours rien qui me plaît.

J’ai l’impression de tourner autour du pot sans le voir.

Je m’essouffle mentalement, j’en ai marre de chercher, j’ai l’impression de tourner en rond.

Je reviens sur celui au Sud de Valencia.
Mince ça a l’air sacrément bien quand même.

Et si j’y allais en avion ?
Ça m’ouvre un peu les possibilités.

J’envoie un message d’abord à la résidence pour savoir s’ils ont de la place pour mes dates.

Je commence à regarder les billets et c’est parti pour des heures de filtre, de recherche … trop d’escales, trop longs, trop chers, pas les bons jours, pas le bon aéroport, navette, parking …
C’est compliqué. Trop compliqué.

Je m’affale dans mon fauteuil en arrière et je commence à me plaindre … :
Pourquoi faut-il que ce soit toujours si compliqué ?

J’efface tout et je recommence.
Je respire. Je fais le vide.

Qu’est-ce que je veux ?

Je veux aller dans la résidence au sud de Valencia.

Comment j’y vais ?

En voiture.

Tout paraît simple d’un seul coup. Je suis étonné.

Le mental commence à s’emballer : trop loin, trop long, pays étranger, parle pas espagnol, …

Mais tout paraît juste …

Quelques heures plus tard, la réponse de la résidence : « il y a de la place, tu es le bienvenu ! »

Mon cœur bat fort, très fort.

Je comprends. Il me dit d’y aller.

Je réponds à la résidence dans l’élan : « C’est ok je viens ! »

Mon mental monte dans les tours : « Mais qu’est-ce que tu vas f…iche en Espagne !!!? »

Je publie le trajet sur le site de covoiturage qui me prévient que des voyageurs souhaitent être alertés pour ce trajet.

Je passe la journée à Lyon avec mon amie Sarah.

Le covoiturage se remplit, super, le trajet va passer plus vite avec de la compagnie.

Je suis comme un gamin.

Je n’en reviens pas que le lendemain je pars en Espagne.

Mon mental n’en revient toujours pas non plus.

Intérieurement, je souris.

A cet instant je vous écris depuis cette résidence.

Je suis dans une vieille bâtisse complètement rénovée, un mur de pierres sur ma droite, des poutres apparentes au plafond, de hautes portes en bois d’origine.

Je suis en face de Paolo qui vient de l’Equateur, et de Sheldon qui vient de Londres en Angleterre.

L’atmosphère est studieuse, mais ce soir, c’est randonnée en haut de la montagne pour voir le coucher de soleil.

Cela fait à peine 36 heures que je suis là mais j’ai l’impression d’être chez moi, ou tout du moins, d’être là où je suis sensé être.

Mon mental est calme. Il a compris.

Je me suis endormi hier soir avec un profond sentiment de gratitude.

Je suis bien, très très bien, ici et maintenant.

Si vous relisez cet article attentivement, vous voyez que les solutions sont venues très rapidement :

Espagne, trajet en voiture, coliving, résidence au sud de Valencia.

Vous voyez aussi à quel moment l’intuition s’exprime et quand le mental prend le relais.

Et quand j’ai écouté qui

Ce qui m’a vraiment fatigué et fait perdre du temps, c’est mon mental qui m’a embarqué à gauche à droite.

Même s’il voulait m’aider en voulant me faire prendre l’avion pour gagner du temps par exemple !

Quant au trajet en voiture, il a été riche de rencontres et d’apprentissage mais j’y reviendrais dans un prochain article.

« Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point. » – Pascal

J’en ai fait l’expérience !

-Jean-Philippe

Remarques ? commentaires ?

Cela pourrait aider quelqu'un ? Partagez cet article ...

10 commentaires

  1. Bonjour Jean-Philippe,
    Bienvenue dans ce beau pays qu’est l’espagne !!
    Je vis depuis trois ans sur la Costa brava et je ne regrette absolument rien.. Pour moi c’etait une évidence « je partirai vivre en Espagne », pourquoi, comment ? Aucune idée …
    J’avais passé mes vacances, il y a une vingtaine d’années, sur la Costa blanca et je suis tombée amoureuse de ce pays et voilà !! Le reste s’est goupillé tout seul, presque vingt ans plus tard, je n’etais pas pressée …
    Votre expérience est très enrichissante et nous montre à quel point notre âme sait ce qu’elle veut, si l’on sait taire ce mental qui a toujours de bonnes raisons de nous induire en erreurs !
    Bravo à vous et bon séjour
    Chantal

  2. Merci Jean Philippe pour ce témoignage.
    J’exprime également mais par vidéo sur ma page Facebook « le chemin intuitif, qu’est ce que c’est ? », mon expérience de me guider exclusivement avec mon intuition. J’essaye, comme vous, de montrer et d’accompagner tous celles-ceux qui souhaitent avoir la très bonne idée de se laisser guider par ce formidable et essentiel guide.
    Si le coeur vous en dit d’aller voir ce que j’en dis, ce serait pour moi un honneur.
    Bien à vous
    Stéphane Marchand

  3. Merci pour ton témoignage , ça aide quand on doute , quand on a du mal à faire la part des choses et où je me dis comme toi  » lais je deviens folle ou quoi  » ah le mental, le doute , la peur , surtout la peur ….
    Joëlle

  4. Oui des fois le mental nous joue des tours….Nous fais tourner en bourique et aprés on se dit on aurais dû écouter notre intuition. ..Moi quand sa m’arrive …Je me calme et prie et cest toujours de lintérieur que vient la réponse et parfois aussi de lextérieure et des fois dune façon comique…

  5. Présentement mon intuition me dis de ne pas voyager sur l’eau ou par les airs et se a travers la planete.Presentement il y as des millions d’humains qui ont la meme  »intuition » ,l’Éveil mondiale est finalement a nos portes ,souhaitons que notre  »éveil » ne sois pas trop  »tard »! J’ai la chance d’etre proprietaire d’une terre boisée, cé MON paradis,la ou la paix regne, faune et flore, les oiseaux,les animaux sauvages ne sont pas du tout au courant de coronas-virus et de la chute de la bourse. Quand j’y suis c’est mon ame et mon intérieur que j’y retrouve. Paix sur terre aux hommes et femmes de  »bonne volonté ».
    Merci Jean-Philippe, tu ne cache pas ta  »lampe » sous la table, tu partage la  »Lumiere » sur se présent sombre monde.Gardons espoir!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *