Energie libre : science sans conscience

Energie libre science sans conscience

Eric n’en croit pas ses yeux.

Il a beau faire confiance à son ami Roger, il tourne autour de la table de l’atelier pour essayer de comprendre.

Il regarde en dessous de la table, il examine les mécanismes un par un.

– Il y a un truc ! dit Eric sans l’ombre d’une piste, en enlevant sa main du dessus de l’ampoule allumée.

– Non pas le moindre, lui répond Roger en souriant, juste de la science.

Roger s’approche de la table et soulève doucement le plateau sur lequel repose l’appareil, pour le montrer à Eric.

Eric regarde en-dessous, regarde l’appareil au-dessus, et regarde en dessous à nouveau.

Aucun câble, aucune autre alimentation, aucune batterie.

Eric a du mal à se rendre à l’évidence mais il est en présence d’un appareil qui fonctionne à l’énergie libre ! Une énergie illimitée et gratuite !

Quand Roger repose le plateau, Eric se relève, les mains sur les hanches et s’exclame :

– Mais c’est impossible ! Les lois de la physique ne le permettent pas ! Tu me fais un tour de magie !

Toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie, disait Arthur Clarke, articule fièrement Roger. Tu te baladerais avec ton téléphone portable au moyen-âge tu finirais sur un bûcher !

– Oui mais là, là, c’est … comment dire … ça s’allume … enfin … sans rien ! bredouille Eric péniblement.

– Croire qu’on a tout compris à la science, au monde qui nous entoure et aux lois qui le régissent est un mensonge de notre ego. C’est un mensonge transmis de génération en génération empêchant l’innovation et l’évolution des consciences. Seuls ceux qui arrivent à s’en extraire arrivent à penser autrement, à inventer de nouvelles choses. Mais ils sont souvent marginalisés, montrés du doigt et moqués par la communauté scientifique sans même avoir eu le temps de présenter leurs travaux …

Roger s’interrompt.

Eric a les yeux fixés sur l’appareil, comme si son cerveau n’arrivait toujours pas à comprendre.

– Et combien de temps ça peut durer ? finit-il par demander, tentant de garder pied.

Roger ne répond pas. Il se tourne vers une étagère derrière lui et pose sur la grande table un autre plateau en bois poussiéreux sur lequel est écrit une date, d’une main maladroite. Le mécanisme sur le plateau contient un petit ventilateur qui tourne presque sans bruit.

Eric s’approche pour mieux voir et lit au passage la date.

– Mais ça fait …. 7 ans !

– Oui, un peu moins … dit Roger en vérifiant la date, donc tout ce que je peux te dire c’est que ça tourne au moins … un peu moins de 7 ans, sourit-il.

– Comment as-tu fait ? Comment as-tu découvert cela ? articule péniblement Eric.

Roger prend une profonde respiration.

– Il m’aura fallu 40 années pour comprendre que je pensais dans une boîte, une boîte construite sur des faits, soit disant, mais en réalité les parois de cette boîte étaient simplement des croyances entretenues par la communauté scientifique, qui ne savait en réalité pas comment le monde fonctionnait. Combien de fois m’a-t-on dit que l’énergie libre n’était pas possible ? Que les lois de la physique l’en empêchaient ? Mais ces lois sont des conceptions humaines, des modèles qui tentent d’expliquer le monde. Et comme son nom l’indique, tu dois les respecter. Si tu commences à les remettre en cause, tu es un hors-la-loi !

Roger continue :

– Et pourtant ! Le monde de la connaissance est bien plus vaste au-delà de ces lois … Comprendre cela fut le début d’un chemin d’évolution de conscience pour moi. Certains passent par la spiritualité dans les livres, moi par les sciences appliquées ! finit-il en rigolant.

Eric commence à s’agiter dans la pièce, il écoute à peine son ami. Il lui semble que son cerveau est prêt à exploser au fur et à mesure qu’il prend conscience de la portée de cette invention.

– Mais … mais tu sais ce que ça veut dire ?! C’est de l’énergie gratuite et libre pour chacun ! Finis les problèmes d’énergie ! Finis les rapports de force géopolitiques ! Finies les guerres économiques ! Tout le monde pourra se loger, se chauffer, se nourrir, se déplacer … gratuitement ! C’est … c’est … c’est un nouveau monde qui s’ouvre à nous, finit-il en regardant Roger dans les yeux.

Le sourire de Roger s’évapore. Il reprend le plateau de bois et le repose sur l’étagère.

– Pour l’instant, c’est très bien là où c’est …, dit Roger dans un soupir.

Eric ouvre de grands yeux, complètement stupéfait.

– Quoi ?? Mais pourquoi le garder sur une étagère ? Pourquoi le garder secret ? C’est un changement de paradigme important pour toute l’humanité ! On parle d’énergie libre ! Est-ce que tu te rends compte ?

Roger prend une profonde respiration.

– Que se passerait-il si ce procédé était diffusé aujourd’hui ? Est-ce que ça ne ferait pas qu’amplifier et accélérer notre modèle de société ? As-tu observé le monde récemment ? Nous irions dans le mur encore plus vite !

– M’enfin regarde tous les problèmes que l’on pourrait résoudre ! interrompt Eric.

– Regarde tous les problèmes que l’on pourrait aggraver. On pourrait déforester encore plus vite, vider nos océans encore plus vite, générer toujours plus de déchets, consommer toujours plus, parce que tout sera plus facile et moins cher. Cela ne ferait que renforcer les inégalités et l’exploitation des ressources. Aujourd’hui, le monde n’est pas prêt. L’humanité n’est pas prête. Le problème de notre société ce n’est pas le manque de solutions techniques, c’est le manque de conscience quant à leur utilisation. Science sans conscience n’est que ruine de l’âme, disait Rabelais.

Eric reste bouche bée, ne trouvant pas d’argument immédiat à donner. Il n’avait qu’une vision idéalisée de l’énergie libre, pour résoudre des problèmes de ressources, d’énergie, pour rendre autonome chacun et chacune, pour pouvoir offrir une vie digne à tous les êtres humains.

Mais il faut se rendre à l’évidence qu’aujourd’hui, si l’on donnait une énergie illimitée à certains groupes de personnes, cela pourrait aggraver fortement l’état du monde et de la planète.

Eric ferme les yeux. Son enthousiasme a disparu. Il commence à comprendre et des larmes commencent à couler.

Roger continue d’une voix plus douce :

– Il existe, j’en suis sûr, des quantités de solutions prêtes à l’emploi pour résoudre comme tu le dis tout un tas de problèmes : médecine, agriculture, énergie. Mais est-il judicieux d’apporter 30 ans d’espérance de vie à des dictateurs ? D’offrir un rendement multiplié par trois pour des multinationales agricoles qui détruisent des forêts ?

Eric ne cache plus ses larmes, ses paroles résonnent de désespoir :

– Pourquoi me l’avoir montré, alors ? Pourquoi me narguer ainsi avec cette technologie si on ne peut pas s’en servir pour le bien de l’humanité ?

Roger prend à nouveau une profonde respiration, et regarde Eric avec les yeux plein de compassion et d’amour.

– Pour que tu comprennes que ce n’est pas la science qui va changer le paradigme, c’est la conscience de l’humanité qui le fera, lui dit-il en posant la main sur son épaule, une personne à la fois.


Retrouvez Eric dans un autre épisode : Je rêvais d’un autre monde

Partagez cet article à vos amis :

6 commentaires

  1. Mentionner Tesla, le découvreur de l énergie libre, aurait été correct
    Et personnellement je ne partage absolument pas la conclusion sociologique
    Les sociétés démocratiques, certes imparfaites, mettraient utilement et pour le bien de tous l énergie libre en œuvre
    Et cette mise en œuvre entraînerait un profond changement de mentalité allant dans le sens souhaité par l auteur de l article . S il fallait attendre un monde conscient idéal pour utiliser le progrès, l humanité en serait encore à l age de pierre

    1. Les sociétés démocratiques, certes imparfaites, mettraient utilement et pour le bien de tous l énergie libre en œuvre
      Et cette mise en œuvre entraînerait un profond changement de mentalité…

      PAS SI SÛR

  2. Bonjour Jean-Philippe,

    J’ai bien aimé cette histoire (histoire à suivre bien sur). Je crois, également, que seul le changement personnel et individuel changera l’humanité. Le changement commence par soi: Un petit pas à la fois mais un pas constant et régulier……….et le changement se fera. Continue d’écrire…..et je te lierai…..Laure

    1. Bonjour,
      Je crois que l’énergie libre est le résultat des pensées de notre cerveau : c’est de l’énergie qui circule lorsque nous dormons et nous rêvons.
      Personne ne contrôle encore cette énergie : nous la voyons seulement se déplacer mais personne je suppose ne la contrôle.
      Nous sommes encore seulement des spectateurs.

  3.  » ce n’est pas la science qui va changer le paradigme, c’est la conscience de l’humanité qui le fera, une personne à la fois. »

    OUI

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.