La gardienne du seuil – Partie 4

(cliquez ici pour la partie 3)

Tout est allé très vite. La nouvelle a fait le tour du monde.

Adulée comme le Messie, menacée comme un dictateur, Jessie est devenue le centre d’attention de la planète entière. Les premiers temps, une grande part de la communauté scientifique l’a traitée de sorcière, appelant même à la brûler vive, car elle venait « d’ouvrir la porte des enfers sur le monde », disaient-ils.

Tout était allé très vite depuis qu’elle avait fait apparaître les écritures sur les parois de la pyramide. Des écritures dans une langue inconnue qui ont été rapidement datées de plusieurs dizaines de milliers d’années, bousculant complètement ce que la communauté scientifique savait à ce moment-là sur l’histoire de l’humanité.

« Ce n’est pas possible, disait un scientifique sur un plateau face à l’évidence, la naissance de l’écriture remonte au plus tôt à 3300 ans avant Jésus-Christ, c’est un canular ! »

Une sorte de dictionnaire était mis à disposition intentionnellement pour aider à comprendre les écritures. Les autorités avaient tenté de contenir la découverte, en vain.

Des photos avaient rapidement circulé sur internet et les premières tentatives de traductions ont été faites collaborativement, chacun apportant sa brique à l’édifice, expert ou amateur.

Ces connaissances expliquaient comment communiquer avec les plantes pour mieux les faire pousser dans l’environnement dans lequel elles étaient plantées, comment travailler la matière pour construire, réparer, modeler, comment soigner le corps humain par l’apposition des mains, comment communiquer par télépathie, …

Au début, il y avait surtout du scepticisme et de la raillerie.

Mais, ces connaissances étant très détaillées et très concrètes, certains ont commencé à expérimenter ces techniques … avec succès !

D’autres n’y arrivaient pas, suscitant de l’incompréhension, de la jalousie, voire de la colère.

La société commença une mutation rapide et en profondeur, tout un tas de systèmes en place commencèrent à vaciller, devenus inutiles, remplacés désormais par ces nouvelles techniques disponibles pour toutes et tous. Ce qui ajouta encore plus à la colère de ceux qui vivaient et prospéraient grâce à ces systèmes.

C’est Jessie, malgré elle, qui mit le feu aux poudres, lors d’une interview mondiale.

– Vous avez dû entendre parler des résultats que certains ont eu et pas d’autres, appliquant pourtant les mêmes enseignements de la pyramide, résume le journaliste, comment expliquez-vous cela ?

– Ces enseignements nécessitent un état d’être particulier pour fonctionner, commence Jessie avec précaution, c’est retrouver cette connexion à la Nature, au vivant et collaborer avec elle selon ses lois et non plus selon nos lois humaines limitées. C’est ce que font les animaux et les plantes entre elles.

Jessie échange un regard avec Amir en coulisses, elle remarque au passage son tatouage sur le bras gauche. Elle se tourne à nouveau vers le journaliste et termine :

— Cela nécessite un niveau de conscience de qui nous sommes en tant qu’espèce. Certains appellent ça un niveau de vibration, ou même un niveau d’amour. C’est souvent le résultat d’un cheminement spirituel individuel, le but ultime étant l’amour inconditionnel de tout ce qui est.

Les réactions ne se firent pas attendre.

Dans les minutes qui ont suivi, un déluge de commentaires dans la presse condamnèrent cette idée, accusant « cette classe New – New Age » de cacher quelque chose au reste du monde, et que les enseignements de la pyramide n’allait amener qu’à l’effondrement de la société et du progrès technologique.

Un philosophe s’est emporté sur un plateau pour le débriefing de l’interview de Jessie :

« Ces « New New » aiment tout le monde soit-disant mais pas ceux qui n’arrivent pas à appliquer les enseignements de la pyramide, ce sont des anti-love, moi je vous le dis ! »

#antilove est devenu la nouvelle tendance outre-atlantique suite à cette interview.

Une guerre médiatique avait commencé contre les mouvements spirituels de tout genre, des sites web ont été fermés, des groupes de discussion interdits, des rayons entiers de librairies condamnés.

Le mot « amour » était devenu vulgaire, de nombreuses marques et entreprises ont essayé de suivre la tendance en supprimant toute les formulations basées sur « aimer » dans leur marketing, même les réseaux sociaux avaient supprimé les cœurs des émojis … 💔.

Des enseignants spirituels ont été pris en exemple et emprisonnés pour montrer la dangerosité de leurs enseignements : « Gare aux gourous ! », titraient les journaux. Tous les jours, de nouveaux mêmes – des animations – circulaient sur internet montrant des livres de spiritualité en train d’être brûlés virtuellement.

Les religions traditionnelles sont montées au créneau également : « La seule spiritualité, c’est celle de la Bible, tout le reste n’est que de la sorcellerie ! » annonça le pape au Vatican.

Des chasses aux sorcières avaient lieu pour traquer les « New New », dans les cours de yoga, dans les centres de bien-être, jusque dans les magasins bios ! Aussitôt qu’une technique de la pyramide était utilisée publiquement, le « New New » était montré du doigt en les traitant de « neuneu » mais la plupart du temps sans aller plus loin, car au fond, les autres le craignaient.

Par la force des choses et grâce aux techniques de la pyramide, les « New New » avaient commencé à s’organiser et à vivre autrement, comme dans un univers parallèle à celui qui s’effondrait petit à petit. Ils utilisaient la télépathie pour éviter les situations désagréables et avaient toujours un coup de d’avance car ils pouvaient ressentir l’intention des personnes en observant leur aura. Ils allaient chaque jour un peu plus vers l’autonomie vis-à-vis de l’ancien monde, grâce aux connaissances de la pyramide tout en cherchant à cultiver paix et amour pour tout un chacun.

A mesure que les systèmes obsolètes commencèrent à s’effondrer, ceux et celles qui en dépendaient se mirent en quête de plus de sens et d’authenticité dans leur vie. Certains résistèrent encore, car trop attachés à l’ancienne manière de vivre, mais ils étaient de moins en moins nombreux.

Inspirée par la vie des « New New », une grande partie de la population se tourna naturellement vers la spiritualité, dans toutes ses formes, dans tous ses enseignements, malgré la propagande médiatique déclinante, avec l’intention d’évoluer vers plus d’amour, notamment en guérissant de nombreuses blessures émotionnelles.

La part des « New New » dépassa un seuil critique après quelques années et la société se ré-organisa complètement, cultivant un peu plus d’amour chaque jour, laissant chacun vivre, dans le respect des autres et de la Vie …


Jessie prend soudain une profonde respiration, comme après une longue plongée et revient de son rêve éveillé.

Elle est toujours immobile devant la grande pyramide rouge, dans la lueur de l’aube au loin et le faisceau de lumière émanant de la pyramide.

Elle hésite et rouvre les yeux sur Amir, seul présent à ses côtés :

— et si ce n’était pas une bonne idée ? j’ai ressenti tellement de souffrance, tellement de conflit, tellement de division entre les personnes dans ma vision. Est-ce le bon chemin ?

— La flamme d’une bougie est la plus lumineuse lorsqu’elle éclaire les ténèbres, répond simplement Amir. Alors quelle merveilleuse opportunité pour chacun d’être paix, unité et amour en présence du conflit, de la division et de la peur ! Ainsi, tu peux montrer le chemin à tout ceux qui l’ont oublié, où qu’ils soient, d’aussi « loin » qu’ils partent. Le cadeau de la pyramide, ce ne sont pas les connaissances révélées, mais l’opportunité de s’élever tous ensemble vers un autre niveau de conscience, vers un autre niveau d’Amour, conclut Amir solennellement en posant ses mains sur les épaules de Jessie.

Elle remarque le tatouage sur son bras, identique à celui qu’elle a remarqué dans sa vision.

— Tu … tu es un gardien ! s’exclame Jessie, elle-même surprise de l’évidence désormais.

Ils échangent un long sourire complice.

— Tu l’as dit toi-même, Jessie, le monde est prêt. Tu es une initiée, je t’ai reconnue dès notre première rencontre, cette étincelle d’amour dans tes yeux en regardant les pyramides, cette envie de partager avec le monde. Tu es à ta place, tu es prête, l’humanité est prête, il est temps, annonce Amir en retirant ses mains.

Jessie relève les yeux vers le faisceau de lumière.

— Il n’y a qu’un seul moyen de le savoir, se dit-elle.

Jessie prend une grande respiration et ferme les yeux.

Elle lève la main au ciel, et avec un sourire rempli d’amour, pose sa main sur la paroi de la pyramide.

Fin.

Partagez cet article à vos amis :

Laisser un commentaire

Résoudre : *
23 × 27 =


3 réflexions au sujet de “La gardienne du seuil – Partie 4”

  1. Bravo Jean-Philippe…Ton talent narratif (ou visionnaire ?!) est des plus inspirants !

    En tout cas, une Sacrée Lumière ma Foi en ces Temps bien « obscurs »

    Haut les Cœurs à Toutes et Tous… !

    Répondre
  2. Merci, merci. Je viens de découvrir.
    J’ai beaucoup aimé.
    C’est merveilleux de faire revivre ces pyramides et l’Egypte
    l’importance de VIVRE PLEINEMENT CHAQUE INSTANT.

    Répondre
  3. J’attendais chaque suite avec joie et impatience. Tu as un joli sens du suspens et un style dynamique, Jean-Philippe. C’est un plaisir de te lire. Merci de nous en faire profiter. En imaginant le rêve que tu as écrit, mon coeur se gonflait d’amour. C’est pour moi le signe qu’il existe déjà quelque part ou qu’il existera. Merci pour ton histoire, c’est un baume.

    Répondre