La maîtresse a toujours raison, si si !

Je m’installe au bureau de ma fille en saluant les autres parents assis dans la classe.

J’essaie de me contorsionner pour rentrer mes jambes sous le casier, en grand renfort de grimaces, en vain.

J’adopte une posture de travers et je fais face à l’institutrice.

Elle commence sa présentation bien rodée, vidéo-projecteur à l’appui.

Au-delà du discours et des consignes, ce qui m’intéresse c’est de prendre la température … du lieu, des autres parents, et bien sûr de la « maîtresse ».

Ma fille va passer une bonne partie de son temps avec elle, j’aimerais avoir un ressenti du coup.

Je ne suis pas un fan du système scolaire actuel, j’ai déjà parlé de la rentrée des cases ici, mais ce n’est pas toujours facile de faire autrement.

J’écoute donc le déroulé de la présentation tout en observant.

« Je suis une manipulatrice »

Quoi ? J’ai bien entendu ?

Elle explique un peu plus en disant qu’elle « manipule » les enfants pour qu’ils réussissent dans leur apprentissage en donnant quelques exemples.

Je tique un peu, me disant qu’elle a fait un choix de terme peut-être rapide mais, non, elle le réutilise plusieurs fois …

Je ne ressens rien de méchant chez elle, mais j’ai des sérieux doutes sur l’usage de techniques de manipulation pour éduquer des enfants et leur apprendre le discernement.

L’instit continue donc son explication sur son approche pédagogique et indique à un moment, avec un petit peu de fierté, que face à l’élève, notamment dans une négociation, elle « gagne à chaque fois ».

Je tique à nouveau.

Y’a quelque chose, ce n’est pas possible.

Là encore, qu’est-ce qu’on veut apprendre aux enfants ?

Qu’il y a toujours un gagnant et un perdant ? Qu’ils vont toujours perdre face à l’adulte ? face à une forme d’autorité ? Qu’ils ne peuvent jamais gagner ?

Je lève les yeux au ciel intérieurement, je ne partage pas cette approche ou du moins ce que j’en comprends.

J’imagine bien qu’être instit, ce n’est pas un métier facile et que ce serait tout le système éducatif qu’il faudrait revoir, avec un peu (beaucoup) de développement personnel voire spirituel … cela ferait le plus grand bien à tout le monde.

Encore une fois, ce n’est pas méchant en soi, et devant les parents, je comprends qu’elle ait envie de prendre sa place et la défendre.

Je prends une grande respiration et je regarde ce qui se trouve dans le casier à la demande de l’instit.

J’ouvre un jeu de fiches et je tombe notamment sur une carte au trésor avec la carte de la France.

Je tique à nouveau sur la carte, la ville de Besançon apparaît … deux fois ! Une fois à sa place, et une fois à la place de Mulhouse !

J’essaie de trouver la consigne, peut-être qu’il faut retrouver l’erreur ou l’intrus, mais non rien de cela.

J’espère que ce n’est pas une erreur parce que serait vraiment trop gros.

L’instit continue et quelques minutes plus tard :

« De toute façon, je leur [aux élèves] ai dit que j’avais toujours raison ! ».

Je pousse un énorme soupir de dépit intérieurement.

Mon ego réagit aussitôt et a bien envie de lui montrer la carte de France avec les deux villes de Besançon !

Là encore, qu’est-ce qu’on veut apprendre aux élèves ?

Qu’il ne faut jamais se tromper ? Que l’instit / le prof / le futur chef / l’autorité en général a toujours raison ?

L’un des principes de l’apprentissage c’est de se tromper :

  • essai / erreur,
  • essai / erreur,
  • essai / réussite !

Il suffit de regarder un enfant apprendre à faire du vélo pour s’en rendre compte.

Si on ne se trompe pas, on n’apprend pas.

Si on croit qu’on a toujours raison, on ne se remet jamais en question.

Encore une fois, cela ne paraît pas bien méchant, et elle semble très créative pour enseigner de manière ludique avec de très bonnes idées, mais au-delà du contenu éducatif, il y a des valeurs autour, des principes qui sont importants, en tout cas pour moi.

J’hésite à faire un commentaire mais je sais bien que la situation ne s’y prête pas du tout, et mon ego se contente d’envisager un éventuel rendez-vous en individuel …

Puis viennent les questions pratiques, notamment pour les gâteaux d’anniversaire !

L’instit dit que ce n’est pas la peine d’apporter des bougies parce que de toute façon elle ne les utilisera pas, elle a trop peur qu’il arrive quelque chose …

Et là, tout s’éclaire d’un seul coup.

Elle a peur, profondément.

Pas seulement des bougies, mais qu’une situation lui échappe, quelle qu’elle soit.

Et c’est pour ça qu’elle a mis en place tout un tas de stratégies, avec la manipulation, c’est moi qui « gagne à chaque fois » et « j’ai toujours raison ».

Ces stratégies visent à garder le contrôle sur les situations avec les élèves et aussi avec les parents qui veulent souvent aussi … du contrôle sur leurs enfants.

C’est le mode de fonctionnement de l’instit, c’est comme ça qu’elle s’est construite pour appréhender la vie, suite à ses expériences depuis toute petite, très probablement.

Mais vouloir contrôler la Vie, c’est peine perdue.

La Vie, ELLE, a toujours raison ! 🙂

Et le jour où la Vie voudra lui montrer ces peurs profondes pour qu’elle les transcende, toutes ces stratégies de contrôle ne seront pas suffisantes et vont s’écrouler.

Mais c’est son chemin.

En attendant, la seule chose à faire c’est de lui envoyer de l’amour en pensée et de rappeler à ma fille quelques principes de discernement et de droit à l’erreur …

Partagez cet article à vos amis :

Laisser un commentaire

Résoudre : *
12 × 23 =


5 réflexions au sujet de “La maîtresse a toujours raison, si si !”

  1. Bravo bravo Jean-Philippe! Mille fois d’accord avec vous 🤗lui envoyer de l’amour et préciser à votre fille son droit à l’erreur , exclurait- il de trouver une façon légère de lui partager votre ressenti lors d’un rendez-vous privé évidemment ? Je suis sûre que vous avez assez d’amour d’humour et de pédagogie pour cela 😊.
    Gratitude pour vos pensées quotidiennes , amitiés et complicité d’une institutrice à la retraite (qui a eu la chance de créer une école s’éteindre en Suisse pour ses enfants …et tous les autres !)
    Marie laurence Pascal

    Répondre
  2. Coucou JP !
    Belle analyse… une semaine de rentrée pour le notre et 1 observation discipline pour qque chose qu’il n’avait pas fait. Quand il a voulu se défendre, il s’est heurté à l’autorité qui a toujours raison… et moi aussi 😅
    Reste qu’à la maison après, c’est plus dur de déconstruire ce mindset. On veut les encourager à essayer, à se tromper, à apprendre de leurs erreurs et en même temps on est aussi poussé par le système (il faut que tu aies de bonnes notes 🤷🏼‍♀️) dur dur 😅

    Répondre
    • 🙄
      dure dure la rentrée !
      Ce que j’essaie de faire, c’est de leur dire de garder une distance, un certain détachement, que ce n’est pas le centre de leur monde et que la vie c’est bien plus que des notes à la fin de la semaine.
      Mais ce qui a le plus d’impact je pense, c’est d’évoluer soi-même, en tant que parent, de faire en sorte soi-même de ne plus subir le système mais de jouer avec, de définir ses propres règles de succès, de bonheur, de quelle vie je veux créer.
      Les enfants écoutent les conseils, mais surtout ils observent et imitent …C’est par l’exemple que l’on impacte les autres autour de soi. Tout un programme pour les parents 🙂

      Répondre
  3. Magnifique ce texte, personne n est parfait et c est de ses erreurs que l on apprends
    La vie est belle erreur, erreur réussite .
    On grandit ….
    La vie c est le partage sur tout..Pour moi…idées, connaissances échanges et non imposée aux autres notre volonté…Écouter l’autre avec respect
    Merci bcp pour vos texte ils font réfléchir et grandit
    Nomasté, amour, gratitude, lumière,paix sur cette Magnifique Terre Mère Gaïa et tout L’univers
    Pauline du Québec

    Répondre