Le piège de vouloir “prendre sa place”

Juliette est essoufflée.

Elle en a marre.

Ses jambes lui font mal à force de courir.

Elle est frustrée.

Elle s’en veut.

Je ne suis pas à ma place, se dit-elle constamment.

Elle la voit, comme une cible au loin.

Elle cherche à tout prix à être sur cette cible, “là-bas” devant elle.

Mais à chaque fois qu’elle s’en approche, la cible s’éloigne à nouveau.

Parfois, elle a l’impression de presque y être !

Et puis pouf, la cible remet un coup d’accélérateur et distance Juliette.

Parfois, elle lui paraît si loin qu’elle se décourage.

C’est le cas aujourd’hui.

Juliette s’est arrêtée de courir, les mains posées sur ses genoux, les yeux fermés, en train de reprendre son souffle.

Elle est épuisée, physiquement, émotionnellement, intellectuellement.

— Je ne vais jamais y arriver …, dit-elle dans un sanglot.

— Pourquoi tu cours comme ça ?

Juliette regarde autour d’elle sans voir personne.

— Je cherche à prendre ma place, répond-elle quand même.

— Quelle place ?

— Celle-là, là-bas, montre Juliette en pointant du doigt l’horizon sans regarder, toujours pliée en deux.

— Je ne vois rien là-bas, répond la voix. Où ça exactement ?

— Mais si, regarde, là-bas, c’est ma place, c’est là où je devrais être ! s’emporte-t-elle.

— Là où tu devrais être ? mais pourquoi vouloir être là-bas alors que tu es juste ici ?

Juliette se relève et prend une profonde respiration, tout en regardant là où elle est maintenant.

— Re-montre-moi où tu veux être exactement ?!

— Là-bas … commence Juliette en cherchant du doigt sans arriver à retrouver la cible au loin. Mince, je ne la vois plus !

— Peut-être parce qu’elle n’existait pas vraiment … à part dans ton imagination.

— Mais je dois prendre ma place ! s’exclame Juliette presque paniquée de ne plus voir la cible.

— Ok, mais comment tu sais que tu n’y es pas déjà, à ta place ?

— Je … je le saurais !

— Ça veut dire quoi “prendre sa place” ?

— Bah euh … je ne sais pas … c’est être là où on devrait être … parce qu’on n’y est pas ! balbutie Juliette.

— Et si prendre ta place, c’était simplement accepter l’idée que tu ES déjà à ta place. Tu acceptais bien l’idée que ta place était ailleurs. Tu peux changer cela et choisir une autre idée, celle que ta place est là où tu es, ici et maintenant. C’est un choix qui t’appartient.

— Tu veux dire que je serais déjà à ma place ?

— Pourquoi pas ? tes pieds sont là, ils ne sont pas ailleurs !

Juliette regarde ses pieds et fait la grimace devant cette évidence.

— Tu peux avoir envie d’aller quelque part, mais tes pieds sont ici pour le moment.

Juliette sent comme une vague de détente l’envahir de la tête jusqu’aux pieds.

Elle lève les yeux distingue une colonne de lumière qui descend au-dessus de sa tête jusqu’au sol.

— Je suis à ma place ?

— Tu es à ta place, si tu choisis de l’être.

— Je suis à ma place.

— Voilà, c’est ça, prendre sa place. Comment tu te sens ?

Juliette prend une grande inspiration et sourit.

Partagez cet article à vos amis :

Laisser un commentaire

16 réflexions au sujet de “Le piège de vouloir “prendre sa place””

    • MOI AUSSI JE VOUDRAIS ËTRE 0 MA PLACE, car je suis déplacé moralement , le voudrais être comme j étais, mais comme dites si bien ds votre commentaire, ma place est là je suis, seulement il faut s y mettre

      Répondre
  1. Magnifique histoire, schéma tellement fréquent…….le chaînon manquant bien souvent…… la conscience qui nous fait vivre le « ici et maintenant », sinon c’est le chaos perpétuel……
    Merci pour vos messages
    Doux week-end dans la joie et la Sérénité 🙏🙏🙏

    Répondre
  2. Woow,
    Magnifique cette lecture ce matin,comme tout ce que tu nous envoie Jean Philippe…Suis -Je à ma place???!!!….hihihi…
    arrête de courir Pauline…. et je me choisi ici et maintenant…Tu me fais réaliser que. JE SUIS A MA PLACE ici.

    Gratitude et remerciement et reconnaissance pour tout ces matins que je te lis…j’ai toujours hâte de voir….TES PENSÉE DU JOUR…
    Pauline qui demeure sur cette magnifique planète Agartha planète TERRE

    Répondre
  3. Bonjour Jean-Philippe,
    Sa place est là où la Lumière Divine rayonne le plus et c’est dans son coeur qu’elle se trouve. Dieu est partout, Il est à Sa place partout et nous aussi nous sommes à notre place partout. Le vrai bonheur, la joie ne se cherchent pas là où là-bas, ils sont là où ton coeur vibre à l’unisson avec la Vie cette Lumière qui te fait rayonner et qui touche tous les coeurs de toute l’humanité par la puissante vibration que chacun émet. Merci du fond du coeur pour cette touchante histoire qui nous fait nous remettre en question à chaque instant. Sois bénis par cet infini Amour qui EST la Vie elle-même.

    Répondre
  4. C’est magique ✨ Au moment où le soleil apparaît dans l’histoire, il se produit simultanément la même chose ici. Le ciel voilé a laissé sa place au doux rayons de soleil matinal, emplissait la pièce de sa Lumière. Ici, maintenant et à chaque souffle, je suis là où je suis destinée d’Être. Quel beau clin Dieu😉 Merci Jean-Philippe 🙏💚🌷

    Répondre
  5. Merci infiniment Jean Philippe pour cette histoire qui me touche directement et que je vais lire et relire régulièrement, en tout cas c’est ce que je souhaite, ce que je me souhaite moi-même.

    Juliette

    Répondre
  6. Suite à la lecture de ce texte, je me rends compte que je confondais ” prendre ma place” et “affirmer ma vérité tout en restant à ma place ici et maintenant”…..

    Répondre
  7. Bonjour Jean Philippe,
    Je vous suis depuis quelques années déjà et me ravis à chaque fois de vous lire.

    Pour ma part, j’ai beaucoup cheminé, en recherche de mon MOI, après des chamboulements, des incompréhensions,
    je ne comprenais plus rien à “CE MONDE”, et voulais juste le quitter pour en être libérée, jusqu’à ressentir au plus profond de moi-même cette “FORCE ” qui m’a animée soudainement ” .

    J’étais ENFIN “R”éveillée 🤗😊, je me devais de vivre et de partager cet EVEIL autour de moi…😇

    C’était pourtant si simple mais j’étais enfermée dans cette “matrice”…

    Et depuis, je me sens si détachée, si libérée que je savoure chaque jour comme du bonheur d’être là, à ma place.

    Merci pour votre présence 🙏🤗😇😊
    Sylvie

    Répondre