Guide de survie pour les périodes sombres

Les montagnes russes émotionnelles

Il y a des moments comme ça où la vie crée une période remplie de défis.

Qui dit défis, dit difficultés, moments de crises, pics de stress, où les émotions jouent aux montagnes russes. Vous ressentez presque une compression de l’expérience, amplifiant tous les ressentis, toutes les émotions.

Il y a la peur de voir se réaliser certaines conséquences, il y a de l’incompréhension dans l’instant présent, où vous vous demandez comment vous avez pu en arriver là.

Il y a de la colère face à vos propres décisions du passé.

Bref, ça remue, ça bouscule, ça secoue ! et il est tout à fait possible et compréhensible de perdre pied …

Alors que faire ?

Sortir de sa tête !

La première chose à faire c’est d’avoir une ou plusieurs personnes pour partager ce que vous êtes en train de traverser. Juste pour dire comment vous vous sentez. C’est déjà une première base.

Souvent, les gens restent seuls parce qu’ils se disent qu’ils ne veulent pas déranger, ils ne veulent pas embêter les autres avec leurs problèmes.

Mais en situation inverse, si un ou une amie venait vous voir pour partager sa situation, comment réagiriez-vous ? Je suis persuadé que vous lui accorderiez volontiers du soutien et un peu d’écoute.

Parfois, ce n’est pas un ami mais simplement quelqu’un que vous appréciez pour la personne qu’elle est. Il n’y a pas de règle, du moment que vous vous sentez bien avec la personne.

Donc demandez de l’aide, demandez un peu d’écoute et de soutien.

En faisant ainsi, vous arrêtez d’être dans votre tête uniquement, à ruminer, réfléchir, sur-analyser et à créer plus de confusion qu’autre chose.

En parler permet de mettre des mots sur vos sentiments, la situation, vos peurs et du prendre du recul.

Vous avez aussi la possibilité de l’écrire. Ce n’est pas l’un ou l’autre, ça peut être les deux.

Ecrivez tout ce qui vous vient :

  • il se passe ceci ou cela dans ma vie
  • je me sens comme ci ou comme ça
  • j’ai peur de ceci ou cela …

Laissez tout sortir, faites vomir votre mental !

Vous verrez, vous vous sentirez déjà mieux ensuite. Les choses seront plus claires.

Et vous pourriez avoir de belles prises de conscience sur vous-même ! Ne soyez pas surpris-e !

Créer des moments de coupure

Quand la situation crée un stress permanent, il faut vous ménager des moments de coupure.

Déconnectez-vous de la situation, physiquement, numériquement.

Allez faire du sport, dépensez-vous, votre corps est en train d’encaisser beaucoup de choses sans peut-être que vous vous en rendiez compte.

Faire du sport vous permet d’en évacuer une partie, de redonner de l’énergie à votre corps et de le renforcer pour la suite.

Cela peut être courir, nager, marcher mais aussi jardiner, couper du bois, ranger un grenier, …

Avec cela continuez à maintenir des horaires de sommeil corrects, ne vous décalez pas, et évitez les siestes trop longues. Reposez-vous mais ne fuyez pas dans le sommeil …

Continuez à vous alimenter correctement et accordez-vous des petits plaisirs (pâtisserie, glace, …) avec modération. Faites-vous plaisir mais ne fuyez pas dans la nourriture …

Cela paraît banal mais sous l’effet du stress et des montagnes russes, l’alimentation et le sommeil peuvent être perturbés. Restez à l’écoute de votre corps justement pendant les moments de coupure.

Allez vous promener en nature pour vous déconnecter.

Laissez votre portable à la maison et passez une heure dehors au milieu des prés, au milieu de la forêt, au bord de la mer ou d’un lac. Sous la pluie, dans la neige, peu importe du moment que ça vous déconnecte.

C’est un moment pour vous, pour vous reconnecter à vous et vous déconnecter de l’extérieur.

Faites une coupure aussi souvent que nécessaire dès que vous sentez que vous avez besoin de prendre l’air.

Plusieurs fois par jour si besoin.

D’autant que ça aidera le point suivant.

Lâcher prise avec le résultat

Mettez le mental en pause.

Il imagine certainement tout un tas de scénarios possibles à la fois pour le passé (j’aurais dû dire ça !) ou pour le futur (et s’il se passait ça !).

Donc vous devez ménager votre mental et lui accorder du temps pour qu’il se calme.

Méditez. Cuisinez. Dessinez. Jouez de la musique.

Peu importe, faites l’activité qui vous aide à être dans le moment présent.

En étant dans le moment présent, vous vous concentrez sur ce qu’il se passe maintenant.

Vous arrêtez d’avoir peur de ce qu’il peut se passer dans un futur possible.

Vous évitez les déceptions (et les montagnes russes émotionnelles) si jamais vous imaginiez une issue positive et que finalement ça n’arrive pas.

Cela vous permet donc de lâcher-prise avec le résultat.

Avancez pas à pas en fonction de ce qu’il se passe ici et maintenant.

Posez votre intention

Gardez à l’esprit que ce qui vous arrive est une expérience qui vise à vous faire grandir, à vous faire comprendre quelque chose, à vous faire évoluer vers une meilleure version de vous-même.

Posez et maintenez cette intention tous les jours, exemples :

Qu’est-ce que je peux apprendre ?

Comment est-ce que je peux grandir de tout cela ?

Que va-t-il sortir d’extraordinaire de cette période ?

Vous pouvez aussi poser une intention supplémentaire du style :

Comment est-ce que je pourrais vivre cette expérience avec plus de sérénité ?

Si vous avez tendance à ne voir que les pires conséquences tout le temps, essayez d’imaginer un scénario de sortie positif :

« Tiens et si en fait, tout pouvait se résoudre très simplement ? ».

Et voyez comment vous vous sentez.

Votre intention, c’est là où vous allez focaliser votre mental et déployer votre énergie.

Choisissez bien !

C’est quand il fait beau qu’on répare son toit

Tout ce que je vous ai partagé dans cet article, ce n’est pas seulement valable dans les périodes de crises, c’est valable tout le temps.

En prenant l’habitude de prendre soin de soi au quotidien dans les « bonnes » périodes de vie, vous serez préparé-e à faire face aux périodes plus difficiles.

Et dès que vous sentez que les difficultés arrivent, c’est encore plus important de vous y tenir, voire d’intensifier si vous en sentez le besoin.

Ce n’est pas un sprint, mais un marathon.

Tout change tout le temps.

Après la pluie vient le beau temps.

La nuit est la plus sombre juste avant le lever du soleil.

Ayez la foi en ce que vous voulez, mais gardez la foi que le héros ou l’héroïne en vous est à la hauteur du défi qui se présente car il est là pour vous faire grandir.

Et qu’au bout du tunnel, il y a la lumière.

Cela pourrait aider quelqu'un ? Partagez cet article ...

4 commentaires

  1. Tes conseils sont réaliste, mais moi je suis bloquée car j’ai de l’arthrose un peu partout, je ne peux presque plus rien faire. De plus j’ai un revenu modeste car je ne travaille plus. Je mange sainement pas de produit laitier, ni gluten et peu de viande; j’ai une femme de ménage cela occasionne des frais ; J’ai un glaucome aux yeux donc pour les médicaments ils sont limités. En plus je vis seule et ma famille est a 500 kms de chez moi.
    Aurais tu un conseil à me donner ?
    Merci d’avance !

  2. REPONSE EXTRA qui aidera toute MA TRIBU !!! dur dur !!! peut-être … MAIS …
    quelle synchronocité !!!!
    Merci Jean Philippe
    Mon coeur t’aime
    Toi aussi tu es sur le bon chemin … alors chantons ALLELUYA à perdre haleine pour laisser
    place à la JOIE

    Répondre

  3. Au bout du tunnel il y as la Lumiere.Heureusement il y a ta lampe aussi minime quel peux être pour se rendre au bout,de se tunnel et de se passage hasardeux pour tout l’humanité.Ne nous demandons pas se que l’Humanité peu faire pour NOUS mais plutôt se que NOUS pouvons faire pour Elle.
    Milliers de merci Jean-Philippe.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *