Mon coup de gueule spirituel !

Vous avez déjà eu probablement ce genre de discussion avec quelqu’un, où la personne vous expose un problème, visiblement en recherche de solution, et pour chacune que vous proposez, sa réponse commence par :

oui mais …

Vous pourriez me dire qu’en fin de compte, elle a juste besoin de se plaindre et que ça permet d’ouvrir un peu la soupape et de libérer des tensions.

C’est déjà ça.

Et une fois cette phase passée, on peut parler solutions … ou pas.

Quand ma fille aînée voulait absolument aider sa petite sœur et que cette dernière ne voulait pas, généralement au bout d’un moment ça « clashait » !

Si besoin, je mettais le « hola », et je prenais la grande à part pour lui expliquer qu’on ne peut pas aider quelqu’un qui ne veut pas être aidé.

Et la série des « oui mais … » commençait … avec beaucoup de créativité !

Je tombais moi-même dans le piège que j’essayais d’expliquer ! 🙂

Aujourd’hui, au premier « oui mais … », je bascule en mode questionnement :

Est-ce qu’elle t’a demandé de l’aide ?

Non ? alors pourquoi tu l’aides ?

Et elle finit par comprendre par elle-même … enfin j’espère ! 🙂

Et ce coup de gueule alors ?

J’expliquais récemment dans une vidéo de questions / réponses comment la spiritualité peut nous aider à changer notre vision du monde, à changer notre perception de notre réalité individuelle et collective.

Qu’à voir les difficultés de notre expérience matérielle sous un autre angle, on appréhende la vie différemment, et qu’en comprenant la raison d’être des événements, on trouve une paix intérieure et l’expérience peut se transformer réellement à l’extérieur.

Ainsi, le but est d’aimer notre expérience telle qu’elle est, parce qu’elle a toujours un sens. La pièce de théâtre de la vie n’est pas la réalité (lire aussi cet article : Apprenez à aimer les méchants ! ).

« La vie est une tragédie quand elle est vue en gros plan, mais c’est une comédie en plan d’ensemble. »

Charlie Chaplin

Cela pourrait être une définition de la spiritualité, aimer ce qui est.

Plus une personne est spirituelle et plus elle est capable d’aimer ce qui est.

J’ai eu quelques commentaires suite à ces explications qui me disaient que tout ça c’était bien facile à dire mais qu’en pratique, quand c’est difficile, c’est difficile !

Que la spiritualité c’est bien beau mais qu’il faut bien revenir à la « réalité » et gérer les problèmes.

Je vous mets ma réponse ici :

oui, vous avez raison, cela reste difficile, la souffrance de l’expérience est réelle pour la personne qui la vit.

Maintenant à quoi sert la spiritualité dans ce cas ? A quoi servent les enseignements Conversations avec Dieu sinon on ne les applique pas dans notre expérience quand elle est difficile ?

Arrêter de cultiver notre spiritualité parce que notre expérience est difficile, c’est comme arrêter de méditer parce que c’est difficile. C’est justement quand c’est difficile qu’on en a le plus besoin.

Et si la solution à la situation du monde, ce serait justement et peut-être uniquement la spiritualité ? la conscience de qui nous sommes vraiment ? l’amour de ce qui est ?

Toutes les solutions sont là : technologiques, sanitaires, alimentation, communication, connaissances… Alors il manque quoi pour que le monde bascule ?

Que justement, on commence à placer la spiritualité en premier dans notre quotidien et pas seulement quand on a le temps, quand c’est facile. Une spiritualité dans l’expérience, dans l’amour de ce qui est, sans jugement en ayant la foi que la Vie n’a qu’une seule vocation, nous rappeler qui nous sommes vraiment.

Vouloir changer la réalité collective sans changer individuellement, c’est une illusion. On peut regarder ailleurs, montrer du doigt l’extérieur, les autres, c’est dans notre expérience individuelle que tout commence.

Il est temps d’inverser la pyramide de Maslow, mettre la spiritualité à la base, que les consciences s’éveillent, une par une, un peu plus chaque jour, pour que notre réalité individuelle et collective se transforment.

De tout mon cœur,

JP

J’insiste ici sur la partie en gras parce que c’est essentiel.

Un message pour tout le monde …

et aussi (surtout) pour moi bien sûr.

Je dis souvent en accompagnement que ce qu’on partage comme conseil pour les autres, c’est aussi pour soi qu’on le partage, pour qu’on l’entende soi-même, de sa propre bouche, avec ses propres mots.

C’est le fameux « Enseigne ce que tu as besoin d’apprendre ».

Moi aussi, je me fais régulièrement piéger dans la pièce de théâtre mais à chaque fois, c’est quand j’élève ma compréhension des choses que les solutions apparaissent, et parfois très rapidement !

Des situations qui ont traîné des jours et des jours, peuvent se transformer en moins d’une heure, juste parce que j’ai adopté une perspective plus spirituelle pour cette situation.

Parce que j’ai réussi à m’extraire de la situation et à adopter une nouvelle perspective.

Oui, la souffrance peut être réelle, et les conséquences matérielles concrètes mais elle reste la souffrance du personnage.

Sommes-nous vraiment le personnage ?

Nous ne sommes pas des êtres humains vivant une expérience spirituelle, nous sommes des êtres spirituels vivant une expérience humaine.

Pierre Teilhard de Chardin

J’en ai fait l’expérience personnellement, j’ai vu des personnes transformer leur réalité en atelier, en coaching, autour d’un café, simplement en adoptant une nouvelle perspective plus spirituelle sur leur expérience passée ou présente.

Le monde que nous avons créé est le résultat de notre niveau de réflexion, mais les problèmes qu’il engendre ne sauraient être résolus à ce même niveau.

Albert Einstein

La spiritualité, ce n’est pas juste pour faire joli et répondre à quelques questions existentielles parce qu’on a le temps ou qu’on veut briller en société ou sur les forums, c’est LE chemin vers un Nouveau Monde.

Il n’y a qu’ une cause de la défaillance humaine. Et c’ est le manque de foi de l’homme en sa véritable identité.

William James

Tout le reste ne sont que des solutions au même niveau, elles font partie de la pièce de théâtre.

Il est temps de nous élever à un autre niveau de compréhension de qui nous sommes.

Qui suis-je vraiment ?

Imaginez que vous êtes venu jouer le personnage que vous croyez être comme un acteur viendrait jouer dans une pièce de théâtre.

Imaginez juste pour le jeu.

Adoptez une nouvelle perspective juste pour voir, pour essayer, pour ressentir qui vous êtes vraiment.

Parce qu’un jour ou l’autre peut-être, on n’aura tout simplement pas le choix.

Parce que si c’est le seul chemin pour évoluer, alors la Vie nous poussera sur ce chemin qu’on le veuille ou non, qu’on y croit ou non.

Parce que c’est son but, nous rappeler qui nous sommes vraiment.

Partagez cet article à vos amis :

Laisser un commentaire

Résoudre : *
7 × 24 =


2 réflexions au sujet de “Mon coup de gueule spirituel !”

  1. Bonjour Jean Philippe,
    Je vous envoie toute ma Gratitude pour l’écriture et le partage de cet article.
    Il me permet de prendre du recul, et même de la hauteur sur la vie que je mène aujourd’hui.
    Il m’aide à observer les réactions, les comportements, les paroles que j’adopte en mode automatique.
    🙏💖
    Isabelle

    Répondre
  2. Bonjour Jean-Philippe,
    Merci pour cet éclairage.
    La vie. est un jeu et on l’oublie souvent dans les moments difficiles car nous n’avons pas le recul nécessaire pour évaluer la situation. C’est dans l’après coup que tout s’éclaircit.
    Dans cette comédie où nous sommes les acteurs, notre jeu est souvent loin de nous-mêmes. Pour accéder au jeu, il faut accéder au « je », ce « je » de qui l’on est vraiment, notre identité, notre signature d’être unique et singulier. Notre évolution passe par une introspection et par notre expérience. Croire en soi fait avancer à grands pas, je crois que l’éveil passe par là. Il est temps d’affirmer notre spiritualité
    Nous traversons une zone de turbulences, le monde change et le nouveau monde se modèlera à l’image de notre niveau de spiritualité. La pyramide de Maslow avait sans doute pour vocation de s’inverser dans la conscience collective.
    Bonne soirée à tous !
    Chantal

    Répondre