“Un léger désaccord” : un film à ne pas croire

Je viens de tomber sur ce court-métrage d’animation : A brief Disagreement (“Un léger désaccord”).

Et le sous-titre est : Un voyage illustré dans le passe-temps favori de l’humanité à travers les âges.

Et je vous invite presque à ne pas le regarder !

Je vais vous expliquer pourquoi.

(Si toutefois, votre curiosité est piquée, vous pouvez le visionner en suivant ce lien sans être suivi par youtube : https://iv.datura.network/watch?v=9x7FGbW3IVc )

Vous n’avez pas besoin de regarder la vidéo pour comprendre de quoi il s’agit : comment les humains se tapent dessus depuis l’homme des cavernes jusqu’à l’utilisation de l’arme atomique.

Les scènes de bataille s’enchaînent et évoluent en même temps que les technologies.

Même s’il s’agit d’un dessin animé, certaines scènes peuvent être violentes.

Mais ce qui est dommage d’après moi, c’est la fin.

Ce n’est pas un “Happy End”, une fin heureuse, car l’histoire à la fin … se répète.

Pourquoi je préfère les fins heureuses ?

Parce que ça veut dire que l’expérience a été transcendée, il y a eu transformation du plomb en or, un sens plus élevé a été mis en lumière.

La raison d’être de l’expérience a été comprise.

Dans cette vidéo, rien de tout cela.

Il y a comme une fatalité.

Les humains se tapent dessus, point final.

Et cette idée peut presque tuer l’espoir !

Car cela maintient plusieurs croyances sur l’humanité, notamment :

  1. Que l’humain est foncièrement mauvais et violent
  2. Que l’humanité ne peut pas changer
  3. Qu’il n’y a rien que l’on puisse faire

Voyons d’un peu plus près !

1. L’humain est-il foncièrement mauvais et violent ?

En fait, tout dépend de ce sur quoi nous portons notre attention ou bien pour être plus précis, ce sur quoi “on” essaie de porter notre attention le plus !

Si votre perception du monde se nourrit des chaînes d’information, et j’ai envie de dire même des sources indépendantes, vous risquez de voir l’humanité sous un certain prisme.

Cette “nourriture” est soumise à un modèle économique où la capacité à capter l’attention est cruciale.

Donc elle joue sur les émotions, le sensationnel et déforme notre perception du monde et de l’humanité.

Sont mis le plus souvent en évidence des comportements, des événements qui ne correspondent pas nécessairement à la vision la plus élevée que l’on peut avoir de l’humanité.

Nous avons malgré tout le choix.

Prenez une scène de guerre dans l’actualité, des bâtiments détruits, peut-être des corps recouverts d’un drap à-même le sol.

Vous pouvez porter votre attention là-dessus … ou bien sur les personnes qui aident.

Celles qui ont à cœur de secourir, soigner, soutenir, réparer, reconstruire.

Peut-être que pour quelques personnes qui ont causé ses dégâts, vous allez en voir plusieurs dizaines qui vont venir aider.

Ce sur quoi vous portez votre attention va nourrir votre croyance sur l’humanité.

Choisissez avec sagesse.

2. L’humanité peut-elle changer ?

Comme disait Einstein, on ne peut résoudre un problème au même niveau que celui qui l’a engendré.

C’est donc en élevant les consciences que l’on peut regarder le problème autrement.

C’est en prenant conscience de nos pensées, de nos émotions, de nos blessures, de qui nous sommes que les choses peuvent changer.

Les personnes blessées blessent les personnes.

Nous ne sommes pas nos pensées.

Nous ne sommes pas nos émotions.

Nous ne sommes pas nos blessures.

C’est en choisissant mieux nos pensées, c’est en libérant nos émotions, c’est en guérissant nos blessures que nous pouvons changer.

Ce changement, c’est simplement enlever les couches de “qui je ne suis pas” pour retrouver “qui je suis vraiment”.

L’humanité peut changer si changeons notre perception de nous-mêmes !

3. Peut-on vraiment faire quelque chose ?

Avec une actualité qui s’est considérablement accélérée depuis quelques années, il y a un sentiment d’impuissance qui se développe, que tout ce qui se passe nous dépasse, et que nous n’avons aucun pouvoir sur le cours des choses.

C’est là aussi une croyance et je vous invite à lire ou relire l’histoire du serpent et de la balayette pour comprendre très logiquement pourquoi NOUS avons beaucoup plus de pouvoir que nous le croyons !

Même si on peut croire qu’un groupe de personnes contrôle véritablement le cours des choses, cela ne fonctionne que parce que nos croyances sont erronées.

Un éléphanteau qui a grandi avec une chaîne attachée d’un côté au pied, de l’autre à un piquet croira une fois adulte qu’il est impuissant et qu’il ne peut se libérer du piquet.

Alors qu’il a tout à fait la force de se libérer !

Il est prisonnier de sa croyance, pas de la chaîne et du piquet.

Et pourtant il a le pouvoir sur les deux !

Vous n’avez peut-être pas le pouvoir sur des aspects matériels, sur des événements, des circonstances, des décisions politiques, mais vous avez le pouvoir sur vos pensées, vos croyances, votre état d’être.

Élevez vos pensées, apportez de la conscience sur qui vous êtes, libérez-vous de ce que vous n’êtes pas, et vous découvrirez que l’humanité a un bien plus grand cœur que tout ce qu’on aurait pu imaginer.

Partagez cet article à vos amis :

Laisser un commentaire

11 réflexions au sujet de ““Un léger désaccord” : un film à ne pas croire”

  1. Merci beaucoup pour ce message d’espoir lumineux…
    … Être des porteurs de lumière là où nous nous trouverons, chacun à notre niveau, selon nos possibilités…

    Répondre
  2. Bonjour Jean Philippe. Je ne nourris pas mon esprit avec des films violants.Je n aime pas ce genre de film.Meme,les médias mettent en avant tout ce qui est violent,donc,j évite de regarder le journal…
    Pourtant,il y a beaucoup de belles choses à faire découvrir dans notre.Mais,cela n intéresse pas beaucoup de personnes…Merci,de nous mettre en alerte,sur ce qui nous est contraire à notre évolution. Gratitude. Marie

    Répondre
  3. Bonjour Jean-Philippe
    J’ai toujours du plaisir et de la gratitude à te lire .
    Merci
    Concernant la foi en l’humanité franchement j’aimerais mais comment faire alors que je suis sortie il y a un an d’une amnésie post traumatique me révélant que depuis ma plus tendre enfance ma mère m’offrait en pâture sexuelle à mon père…
    Qu’elle m’a toujours présentée comme sa chouchoute la plus aimée ce qui fait que frère et sœurs m’ont toujours détestée et maltraitée
    Que je suis passée à côté de ma vie par non reconnaissance depuis toujours
    Qu’aujourd’hui pour suivre enfin ce qui m’anime je me suis lancée dans des sauvetages animaliers en Thaïlande et que chaque projet capote ou ne voit même pas le jour à cause des désistements, des promesses non tenues
    Et au passage je découvre la barbarie des thaïlandais à l’égard des animaux alors qu’ils s’attachent avant tout à paraître de bons bouddhistes
    A paraître
    Alors ma foi en l’humanité j’adorerais plutôt que de sombrer
    Je t’embrasse Jean-Philippe 💚

    Répondre
  4. J’ai beaucoup aimé et cela m’encourage à rester sur mon intention de me concentrer sur mes pensées, mes paroles qui hélas sortent trop vites sans réflexion et mes actes qui ne sont pas adaptés à ce que je croyais avoir bien compris de l’être que je suis. Bien des fois j’ai l’impression de faire deux pas en avant pour ensuite en faire un vers l’arrière, mais en réalité j’avance quand même, mais pas aussi vite que je le souhaite.En fin de compte est-ce une course? C’est de l’avant dont il s’agit et de prendre conscience de qui nous sommes CHACUN, de savoir que nous ne sommes pas seul et que Dieu EST avec nous, EN nous à tout moment et que nous sommes tous connectés.

    Répondre