Si on jouait aux cartes !?

Impala

« Un regard et on se reconnaît ! »

J’ai l’impression qu’il se passe beaucoup plus en 2 secondes avec un regard qu’en 2 heures de conversation.

Ça me fait cet effet-là de plus en plus depuis quelques temps.

J’ai le nez sur mon ordinateur en train d’écrire, les écouteurs dans les oreilles en train d’écouter du Glenn Miller ( https://www.youtube.com/watch?v=_CI-0E_jses ).

Je suis dans une bulle et en même temps j’observe tout ce qui se passe depuis là où je suis.

Les rires, les postures, les échanges, les personnes qui rentrent, qui sortent, …

J’ai l’impression d’être pleinement présent, ancré ici et maintenant.

Et je regarde.

Je vois des personnes en fonctionnement automatique. Des fois je les sens présentes à l’intérieur mais tristes, fatiguées, comme si elles avaient abandonné.

Et je vois des personnes présentes ici et maintenant mais pour certaines c’est comme si elles n’étaient pas à leur place.

Comme un canard orange géant au milieu d’un groupe de traders en costumes 3 pièces sombres.

Et très souvent, nos regards se croisent.

Un regard avec une présence de part et d’autre comme si on se reconnaissait.

Comme si on se disait : « Je t’ai vu ».

J’ai déjà évoqué cette sensation dans un autre article.

Parfois, le regard est fuyant, « je fais semblant de ne pas t’avoir vu … »

Ca m’arrive partout, de plus en plus …

Dans la rue, à la caisse du supermarché ou bien encore à l’école.

C’était chants de Noël par les enfants à l’école primaire la semaine dernière.

Il devait y avoir 80 enfants serrés comme des manchots en plein hiver qui chantaient « C’est le père Noël qui a perdu son renne » sur l’air de « C’est la mère Michelle qui a perdu son chat … ».

(pas de commentaire …)

Et une bonne centaine de parents, téléphones portables allumés pour filmer la scène …

Et il y avait cette petite fille de 7-8 ans au fond du groupe qui avait ce regard intense, comme une vieille âme qui me regardait.

C’est comme si elle se demandait ce qu’elle fichait là.

Pas « là » en train de chanter.

Mais là, dans ce corps d’être humain, dans cette vie.

C’était très bizarre comme sensation.

Je crois de moins en moins au hasard et mon défi aujourd’hui c’est d’aller voir ces personnes, d’établir le contact et de voir ce qu’il se passe.

J’ai de plus en plus tendance à croire au grand jeu de la vie, où chacun a un rôle et des cartes à échanger avec les autres.

Ces regards qui se croisent sont pour moi un signe qu’une carte doit être échangée.

Je le fais de plus en plus comme avec ma coiffeuse.

Mais souvent ce qui m’arrête c’est mon mental qui essaie de savoir à l’avance ce que doit être la carte.

Et s’il ne sait pas, il me fait douter

Donc aujourd’hui, je relève le défi, devant vous, de prendre contact et de jouer aux cartes ! 🙂

Et vous ? 🙂

– Jean-Philippe

Remarques ? commentaires ?

Cela pourrait aider quelqu'un ? Partagez cet article ...

5 commentaires

  1. Merci Jean-Philippe ?
    Cela fait environ deux ans que j’ai décidé de  » jouer aux cartes ». Mon mental me disait d’arrêter et comme souvent, réveillait mes peurs. Je ne l’ai pas écouté et j’ai suivi mon intuition ( tu y reviens souvent dans tes articles).
    Les peurs sont revenues mais quelque chose de plus fort m’encourageait à ne pas lâcher et de continuer à jouer aux cartes..
    Aujourd’hui, que du bonheur !?J’ai réussi à trouver un équilibre entre mental et intuition. Je pourrais presque dire que j’ai dompter mon mental qui n’était rempli que de peurs et m’empêchait d’avancer.

    N’ayons pas peur de jouer aux cartes.
    La personne qui s’est trouvée devant moi il y a deux ans était tout simplement un ange et le restera jusqu’à la fin..
    Et pourtant, mon mental me disait que ce n’était pas dans les valeurs de poursuivre la relation…

  2. Bonjour Jean Philippe, je suis justement en train d’écrire une formation sur… là vente et l’importance de la première impression, du premier regard. Quel rapport avec le sujet ?
    En fait cela prend 2 secondes pour nous reconnaître, et cela passe par le regard. Depuis Cromagnon, on identifie si l’animal en face de soi est une proie pour se nourrir, un partenaire pour se reproduire, un adversaire à combattre, ou tout simplement quelqu’un qui vibre comme moi. Avec les changements actuels et l’évolution de l’humanité je pense qu’il est normal que notre espèce utilise les mêmes canaux qu’autrefois pour nous reconnaître et savoir avec qui on peut perpétuer la vie.
    Je ne sais pas trop pourquoi je viens de m’exprimer sur ce sujet mais je sentais que je devais le faire. Merci à toi pour ce que tu fais. Continue, ça fait du bien à beaucoup de monde autour de toi.
    Olivier

  3. Ah la la , je suis le gros canard orange !!!! je ne cesse de me poser la question : qu’est-ce-que je fais ici….dans cette vie…. et je n’ai toujours pas trouvé Bonne journée
    Bonne journée

  4. Bonjour Jean-Philippe,
    Merci pour ce bel article qui me permet de comprendre que je ne suis pas la seule…
    Et je suis sûre que tes articles font beaucoup de bien à beaucoup d’entre nous…!
    Toujours un plaisir de te lire 😉
    Merci !!!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *